Mot de bienvenue du Doyen de la Faculté des lettres

Qu’est-ce que les lettres ?

Je suis entré comme étudiant à la Faculté des lettres en avril 1983, il y a plus de trente-cinq ans. Je me souviens avec émotion de mes journées passées à la bibliothèque centrale de Hongô. Chaque fois que je m'asseyais à une vieille table de lecture, et feuilletais de grands et lourds volumes, je sentais le lien qui m'unissait aux anciens professeurs et aux étudiants qui les avaient touchés avant moi. Passionné depuis l'enfance par l'écriture chinoise et par la culture de la Chine ancienne, j’étais sensible aux pouvoirs du caractère qui signifie « lettre », et entre dans l'expression « Faculté des lettres ».

Ce caractère chinois était à l’origine un pictogramme, et représentait un homme avec un tatouage sur la poitrine. Par la suite, son sens s'est élargi jusqu'à englober plusieurs notions, comme celles de dessin, de lettre, de texte, d'idée ; il en est venu à désigner les activités culturelles, spirituelles et sociales dans leur ensemble. Les recherches menées à la Faculté des lettres convergent toutes vers l'étude de la nature de l’homme et de la société : leur objet est ce que les hommes ont toujours fait, et font encore. Un sujet de recherche, même éloigné dans le temps et dans l'espace, est une interrogation formulée par un moi qui vit ici et maintenant ; il est d’autant plus sérieux qu’il est lié à des préoccupations existentielles. Il nous oblige à relativiser nos propres certitudes, qui ne sont pas partagées en tout temps et en tout lieu, et à découvrir l’universalité et la spécificité de l’homme. L’étude du passé, fondée sur un nombre considérable de textes, nourrit de nouvelles idées ; cette capacité à établir un pont entre le passé, le présent et le futur, est symbolisé par le caractère « lettre ». 

Fondée en 1877, la Faculté des lettres compte aujourd’hui 27 départements (couramment appelés « bureaux »), qui se sont constitués et réorganisés au fil du temps. Notre offre de formation est orientée principalement vers l'acquisition de méthodes de recherche spécialisées. De 1963 à 2016, ces départements étaient regroupés en quatre « divisions » : Philosophie et Religion, Histoire, Langue et Littérature, Psychologie et Sociologie. Depuis 2016 ils sont réunis en une seule, la « division » des Lettres et Sciences humaines (Jinbun gakka). L’expression jinbun, tirée d’un classique chinois, leLivre des mutations,désigne les activités culturelles et sociales. Cette réorganisation reflète notre souhait de favoriser la recherche interdisciplinaire ainsi qu'une solide culture, à la fois générale et spécialisée, dans le but de permettre à chacun de mettre en perspective sa propre discipline, et de développer sa capacité à faire face aux problèmes du monde actuel.

Le développement prodigieux de l'intelligence artificielle en inquiète certains, qui s’imaginent qu’elle touche au fondement même de l’être humain. Cependant, plus la machine ressemble à l’homme, plus on voit ce qui les distingue l’un de l’autre. « De tout temps », l'homme a appréhendé l'inconnu à partir des systèmes de connaissances qui lui étaient propres. La Faculté des lettres a pour vocation d’examiner ce qui fait que l'homme est homme, en suivant son évolution au cours du temps. 

Dans Le Livre de la voie et de la vertude Lao Tseu, on trouve l’expression « une grande voix dont le son est imperceptible » : la vérité est dite par une voix qu'on entend à peine. Celui qui ne fait que crier son opinion ne peut entendre la voix véritable. Les jours employés à consulter dans le calme des textes ou des données, ne sont-ils pas un temps d'apprentissage exceptionnel de la communication avec autrui ? Les deux ans passés à la Faculté des lettres doivent être l'occasion pour chacun de s'interroger, loin de l'agitation, sur la manière dont il peut servir de pont entre le passé et le futur. Àchacun de chercher la réponse, qui n'est pas donnée d'avance. 

Katsuya Onishi